Induire un comportement visuel avec la Gestalt – principe de bonne continuation

Les théories de la Gestalt font partie de la trousse à outils des experts en sciences comportementales afin de prédire comment le système visuel d’un utilisateur va répondre face à un écran.

Nous avons déjà abordé les deux premiers principes de la Gestalt : le principe de proximité et le principe de similarité.

Je me propose de t’emmener découvrir le troisième des sept principes : la bonne continuation.

Nous préférons percevoir des formes continues en termes de formes, tailles et espacement formant un pattern plutôt que des changements abrupts.

La bonne continuation permet au cerveau de ne pas devoir visiter toutes les zones à partir du moment où un pattern est découvert.

En effet, si le pattern est visible en vision périphérique, il sera facile pour le cerveau d’associer un seul sens au groupe d’objet ainsi que des coordonnées topographiques plus légères.

Cette loi de Gestalt est fortement liée aux deux premières lois permettant de construire un “Netway Neuro-Visual Landscape™” fort.

Gestalt - Ethias vs Axa

Gestalt - Good continuity example

Pour le site Ethias, les objets verts par exemple ont la même forme, la même taille et sont séparés par des espaces identiques. De plus cette forme, taille et espace n’est utilisé qu’à un seul endroit. 

Les données d’eye-tracking récoltées depuis 8 ans par nos experts objectivent le comportement lorsqu’un pattern est détecté par le cerveau. Prenons l’écran Ethias, les fixations oculaires seront plus longues et plus nombreuses dans le premier carré vert, un peu moins dans le second pour être presque inexistantes dans le troisième carré.

Les données comportementales récoltées nous ont également montré que, pour que l’effet de bonne continuation s’active, il faut au moins 3 éléments pour former un pattern. Pour Ethias, quand j’ai créé l’écran, j’ai utilisé ce principe afin de générer les chemins visuels que je souhaitais.

Ce comportement est généré lors de la première utilisation de l’écran, lors de la phase de construction du “Netway Neuro-Visual Landscape™” démontrant que le cerveau n’a plus besoin de donner un sens à un objet à partir du moment où ce dernier fait partie d’un pattern dont un des objets précédents a déjà été analysé par le cerveau.

Pour l’écran de AXA, ce principe est très peu présent. Cela se traduit par la nécessité d’analyser tous les objets graphiques pour en tirer l’essence. Or, comme nous l’avons vu dans l’article sur le “Netway Neuro-Visual Landscape™“, la plupart des composants graphiques qui respectent le principe de bonne continuité ne sont pas visibles en vision périphérique.

Gestalt - Good continuity

C’est ce principe de Gestlat qui est cher aux bons designers qui défendent le fait d’aérer un écran en laissant de l’espace entre les objets graphiques.

En calibrant cet espace, et en utilisant des formes et tailles identiques, le principe de bonne continuation se met en route.

Passe une excellente semaine.

Submit a Comment