Comment fonctionne un cerveau face à une interface (Episode 2)

Dans l’épisode 1, nous avons vu que chaque tâche réalisée sur un site internet entraîne un comportement perceptivo-cognitif spécifique.

Yarbus ocular movement

Prenons le temps d’analyser plus en détails les deux premières tâches :

Tâche 1 : inspection libre de l’image (“Regardez l’image qui est présentée devant vous”)

Tâche 2 : réaliser une tâche basée sur la résolution d’une question (“Quel est le niveau social de la famille?”)

La différence fondamentale entre ces deux tâches est que la première tâche ne nécessite aucun traitement préalable du cerveau, tandis que dans la seconde tâche, le cerveau va être sollicité avant de regarder l’image.

Prêt? Allons-y 😉

Tâche 1 : inspection libre

1. L’oeil reçoit les informations de l’image et les transforme en impulsions électriques.

2. Les informations sont envoyées, via le nerf optique, dans le centre de la vision (le lobe occipital de notre cerveau)

3. Les informations sont analysées et séparées dans le lobe pariétal (à ce stade il n’y a toujours aucun sens donné aux informations)

4. Elles vont passer dans le lobe frontal afin d’être analysées (c’est ici qu’un sens est donné aux informations)

5. Si les informations sont jugées intéressantes elles seront stockées en mémoire à long terme.

 

Ce mécanisme est issu d’une tâche d’inspection libre, ce qui n’arrive presque jamais sur internet. En effet un utilisateur vient avec un objectif (trouver de l’info, commander un DVD, avoir le détail d’une facture…). Voyons maintenant comment fonctionne notre système perceptivo-cognitif lorsque nous devons trouver la réponse à une question.

 

Tâche 2 : “Quel est le niveau social de la famille?”


1. Le lobe frontal, responsable, entre autre, du raisonnement, va chercher à rassembler toutes les informations permettant de résoudre la tâche. (“Que dois-je chercher comme infos pour connaître le niveau social d’une famille?”). Pour cela elle va rassembler…

2. … tous les éléments les plus connus permettant de résoudre le problème. (niveau social = mobilier, habillement, type de pièce…)

3. Tous ces éléments vont venir alimenter ce que l’on appelle un modèle mental (genre de carte de connaissances du problème posé et de la manière d’y répondre), stocké en mémoire de travail dans le lobe frontal. Le lobe frontal étant aussi le centre des mouvements volontaires de l’oeil, le cerveau va littéralement “piloter” le système visuel pour aller chercher les informations adéquates permettant de résoudre la question posée.

4. Les yeux, pilotés par le cerveau, vont être orientés volontairement vers certaines zones de l’image.

5. Les informations sont envoyées dans le centre de la vision (le lobe occipital de notre cerveau)

6. Les informations sont analysées et séparées dans le lobe pariétal (à ce stade il n’y a toujours aucun sens donné aux informations)

7. Elles vont passer dans le lobe frontal afin d’être analysées (c’est ici qu’un sens est donné aux informations) et comparées avec le modèle mental afin de pouvoir répondre à la question posée.

8. Si les infos sont jugées intéressantes elles seront stockées en mémoire à long terme.

 

Whoaaw : le cerveau pilote les yeux lorsqu’une tâche doit être réalisée.

Whoaaw : toutes les informations ne sont pas regardées dans l’image.

 

Eh bien c’est la même chose sur un site ! En fonction des tâches :

1. le cerveau récolte les infos dont il a besoin pour se faire un modèle mental

2. le cerveau pilote les yeux pour chercher les infos qu’il croit utiles dans l’interface pour résoudre le problème. Une fois la zone identifiée, les yeux regardent le contenu de cette dernière,

3. les informations sont évaluées, analysées, comparées et le cerveau va attribuer à la zone visitée un niveau d’utilité par rapport à la tâche.

4. après analyse et action, le cerveau va faire un choix sur le meilleur élément capable de l’aider à résoudre le problème posé et pourra également piloter le mouvement de la souris vers l’objet afin, par exemple, de cliquer.

5. les éléments, leur utilité et l’expérience seront stockés en mémoire à long terme.

 

Tout cela se passe principalement de manière inconsciente. Mieux : ce mécanisme est le même pour tous les utilisateurs. Voilà les fondements qui vont permettre de sortir du dialogue subjectif pour permettre aux experts d’avoir une base objective pour leur travail.

Maintenant, le rôle de l’expert va être de construire des interfaces en fonction de ce mécanisme :

 

  1. connaître les tâches que les gens font ou feront sur le site,
  2. décomposer ces tâches dans les différents systèmes mnésiques du cerveau (quel est l’acquit de l’utilisateur, ses référents, l’organisation sémantique de son cerveau concernant le contenu proposé par le site, les lexiques les plus utilisés, l’organisation visuelles optimale de la page, …).
  3. construire les solutions en fonction de tous ces éléments (je détaillerai cela au fur et à mesure des posts publiés)

 

Voilà… J’espère que cela vous aidera dans vos développements.

Bonne semaine à tous. Marc

Simplifyinginterfaces-Keypoints-how-does-the-b…rface-episod-2

Submit a Comment